Sous-total: 0.00


Votre panier est vide.

Sélectionner une page

Bastien Schoonjans

J’ai toujours aimé dessiner. C’est le processus de création d’avantage que le résultat qui me plait toujours. Ce moment où, à partir d’une idée, d’une pensée, on arrive à créer quelque chose. J’aime le coté instinctif de la création, partir de rien et se laisser guider par les émotions.

Je n’ai jamais pris de cours de dessin. En secondaire je me suis inscrit dans une option artistique mais cela ne me convenait pas vraiment… trop vindicatif et strict. Je préfère dessiner ce que je veux quand je le veux.

J’accorde beaucoup d’importance à la liberté car elle est, selon moi, le cœur de la création. Le dessin, l’écriture, la peinture et les processus de création dans leur ensemble permettent de jouir d’une énorme liberté.

« Aucune astreinte, aucun interdit et la seule limite de son imagination comme frontière du possible. »

Dans un premier temps je dessinais exclusivement durant les cours, dans les marges de mes cahiers et sur des feuilles quadrillées. Mais très rapidement je me suis mis à la recherche de vrai matériel et c’est là que j’ai commencé à produire des œuvres concrètes. Des dessins, des toiles mais aussi des petites BD…

En arrivant à l’université j’ai mis un coup d’accélérateur. Je me suis mis à dessiner énormément et j’ai fait l’acquisition de mes premiers livres d’anatomie. Avec ces nouveaux outils j’ai appris à construire d’avantage mes personnages et les univers que je représentais. Je me suis mis à produire énormément d’œuvres en lien avec mes voyages, c’était une grande source d’inspiration et ça l’est toujours d’ailleurs.

En 2017 j’ai fait l’acquisition d’une tablette graphique. J’ai toujours été très attaché au support papier…on dessine quand on veut, où on veut, pour peu qu’on ait une feuille et un crayon. Mais une tablette, je dois le reconnaitre, amène un certain confort dans le processus créatif. On modifie facilement une œuvre, on retravaille facilement un dessin…

Aujourd’hui je continue d’apprendre, je continue de dessiner et je continue de créer en espérant garder cette passion pour la liberté créatrice…

My Story

“Lorsqu’il a fallu dessiner pour Greenlab j’ai directement pensé aux éoliennes!”

L’idée est venue assez naturellement, une éolienne c’est ce qui vient directement en tête quand on pense aux énergies vertes, presque comme un symbole. Ensuite il a fallu lui donner vie, s’approprier l’objet pour en faire un dessin unique qui collerait avec l’univers Greenlab. L’idée était de la faire jaillir d’un nuage de fumée. Cela apportait deux choses, d’une part je pouvais encadrer l’œuvre avec cette fumée, ce qui rendait le tout plus esthétique, et d’autre part il y’avait une dualité intéressante entre la fumée étouffante et l’éolienne qui venait balayer celle-ci, comme un renouveau au travers du durable…

C’est exactement ce que je voyais en Greenlab. Les oiseaux, bien que petits, sont très importants dans l’œuvre car ils sont la vie, celle qui

revient après la tempête. Là encore il y’a une idée d’esthétisme et une recherche d’équilibre dans le dessin.

Le tout, sans avoir la prétention de symboliser Greenlab, s’approche d’une des facettes de la marque pour en épouser les concepts « des choix durables pour un monde durable ».